L'Histoire de France, telle qu'elle était enseignée dans les Écoles Primaires de la République, dans les années 40 et 50, recelait certes maints mensonges, mais elle avait le mérite de fixer l'attention des garnements sur des personnages et des événements étonnants et marquants.

Le résultat était que, même sans avoir la fibre historienne ou le gout des dates, la majorité des élèves gardaient en mémoire un espèce de kaléidoscope du déroulement de l'histoire de notre pays.